L’évaluation est l’action qui vise à mesurer la conformité des structures, à un référentiel donné. L’évaluation est un préalable à toute certification.

Intervenants

Les missions d’évaluation sont réalisées par des auditeurs accrédités.

  • L’accréditation est nominative et se fait par référentiel (les référentiels sont indépendants les uns des autres)
  • Les accréditations sont octroyées dans un périmètre strictement encadré, principalement sur l’appréciation de deux critères : l’Expertise et l’Expérience.
  • Les accréditations se font par les entités porteuses du référentiel, qu’il s’agisse de normes ou de standards.

Processus

Dans l’exécution de ses travaux d’évaluation, la COFICERT veille à appliquer la norme ISO 17021.

Pour rappel, le référentiel ISO 17021, dédié aux organismes de certification, donne les principes et les lignes directrices à suivre, dans le cadre d’audits relatifs aux certifications de systèmes.

Un responsable Qualité et Conformité, au sein du département Contrôle de la COFICERT, a en charge de s’assurer du respect des exigences de la norme ISO 17021, à chaque mission confiée à la COFICERT.

L’évaluation à un référentiel, repose sur 4 critères, dits « 2C2I » :

La Cohérence

Par la quête d’une méthodologie et d’une organisation logique entre les éléments.

La Compétence

Par l’emploi de ressources qualifiées, détenant la connaissance métier, le savoir-faire et l’aptitude technique, pour couvrir un thème spécifique.

L’Indépendance

Par l’absence de relation directe ou indirecte entre les parties.

L’Impartialité

Par la faculté de respecter les conditions de neutralité, d’équité et d’objectivité.

Intérêts

L’intérêt des évaluations à un référentiel est double :

1. Le Diagnostic

Il s’agit d’établir à moment arrêté, le bilan d’une situation évolutive, sur la base d’un cahier des charges à un référentiel donné. Le diagnostic, initié dans le cadre d’une action volontaire ou imposée, se fait dans un périmètre strictement encadré, relevant de parties habilitées.

L’objectif étant in fine d’émettre une série d’avis justifiés et de positions argumentées, sur chaque thème passé en revue, en lien avec le sujet de l’évaluation. Ces thèmes sont abordés un à un, selon une méthodologie prédéfinie. Les méthodologies employées reposent sur une approche objective et scientifique, faisant du diagnostic un support d’aide à la décision et un guide de conduite, à la fois clair et impactant. Par ailleurs, la récurrence des mécanismes d’évaluation, conduit à pérenniser un système d’information, permettant la comparaison continue dans le temps, d’une situation dynamique.

Enfin, à l’issu de l’évaluation réalisée, un rapport vient étayer le diagnostic. Le rapport servira d’une part, de base dans le projet visant à faire progresser les bonnes pratiques en matière de gouvernance et d’autres part, permettra de statuer sur la décision de certification.

2. PDCA

Il s’agit de mener une démarche de perfectionnement, par la résolution de problématiques, selon un cycle prédéfini. Un cycle permettant la mise en œuvre de plans d’actions, construit sur des méthodes structurées, orientant les décisions vers les solutions les plus adaptées et les plus pérennes. Ce cycle est symbolisé par la roue de « Deming ».

Les initiales PDCA, tirent leur origine de Plan Do Check Act. Ces termes font allusion un outil utilisé dans la gestion de la qualité des processus. Cet outil cyclique, favorise par construction, l’amélioration continue des procédures.

(Confère explications ci-dessous)

Le cycle "PDCA" se base sur 4 phases, déclinées selon les 4 étapes suivantes :

P : Plan = planifier

Cette étape consiste à bien définir le problème, afin d’identifier précisément les solutions les plus adaptées. Une étape dont la finalité est un plan d’actions, incluant : planification, agenda, intervenant(s).

D : Do = réaliser

Cette étape consiste en la mise en œuvre et la stricte application des actions précédemment définies.

C : Check = vérifier

Cette étape consiste à vérifier l’efficacité des actions menées. Ceci peut se faire par le biais de mesures, d’indicateurs et/ou d’observations. Les délais d’exécution sont établis selon la nature de l’intervention. Lorsque les actions se révèlent inefficaces, des ajustements peuvent être réalisés, en revenant à l’étape « P », lorsque les actions se révèlent inefficaces.

A : Act = assurer et améliorer

Cette étape consiste à clôturer la démarche, en s’assurant de la pérennité des bons résultats obtenus, issus des actions mises en œuvre.